Loi sur les principes fondamentaux de l’agriculture : les organisations paysannes en appellent à la conscience des parlementaires

Par Raymonde Senga Kosi – Le potentiel

Un cadre légal s’avère nécessaire pour combler le vide juridique qui fait défaut au secteur agricole de la RDC. Les organisations paysannes interpellent ainsi le Parlement pour qu’il vote la loi sur les principes fondamentaux relatifs à l’agriculture.

La loi sur les principes fondamentaux relative à l’agriculture fait l’objet de discussion au parlement ce lundi 28 mars 2011 au Parlement. Dans ce cadre, les organisations paysannes ont tenu un point de presse samedi 26 mars 2011 pour exprimer leurs attentes vis-à-vis des parlementaires. La rencontre a eu lieu au Siège du Centre d’appui au développement et à la participation populaire (Cenadep) qui les appuie dans leur démarche de plaidoyer en faveur de cette loi.

Le point de presse a été animé par Paluku Mivimba, Jacques Mitini, Paulin Osit et le pasteur Nathanaël Buka, ainsi que Mme Espérance Nzuzi Mwaka. Ces personnalités représentaient respectivement la fédération des organisations paysannes du Congo (Fopac), la Faiture des organisations paysannes de la province du Bandundu (Fopaband), la coordination nationale des plans provinciaux au ministère de l’’Agriculture, la Confédération paysanne du Congo (Copaco) et la Force paysanne du Kongo central (Fopako).

Une déclaration commune faite à l’attention des parlementaires a été lue, à cette même occasion.

De cet échange avec la presse, ils ont soulevé la nécessité de combler le vide juridique qui affecte leur secteur, lequel compte parmi les grands secteurs de la vie du pays. Tout en soulignant que cette loi va permettre de réhabiliter de l’identité du paysan. Et ce, du fait qu’elle prend en compte tous les aspects de la vie rurale parce qu’elle a été conçue par les paysans qui ont soumise par la suite au Parlement question de l’adapter à la Constitution de la République.

Les orateurs ont souligné que quels que soient les amandements apportés au texte original, le souhait est de voir cette loi prendre en compte l’accès à la terre de petits et grands agriculteurs, et la promotion de l’agriculture familiale. La loi doit également favoriser l’accès aux crédits et marchés agricoles, ainsi que la protection de l’environnement et la participation des paysans à la prise des décisions. Pour ces paysans, « l’adoption de cette loi vaut plus que les cadeaux et autres promesses politiciennes en cette période pré électorale ».

Les paysans tiennent mordicus au vote de cette loi dans le souci de relever le défi lié à un manque de politique agricole et rural au pays. C’est, d’ailleurs, à ce défi qu’ils ont attribué la disparition de la RDC sur les statistiques mondiales en matière d’agriculture. Autre motivation, c’est le souci de résoudre la problématique de la pauvreté et de la sécurité alimentaire à la lumière des Objectifs du millénaire pour le développement.

A en croire les représentants des organisations agricoles, la lecture ce lundi, de la dernière version du rapport de la Commission ad hoc à la plénière de l’assemblée nationale leur donnera l’opportunité de continuer le suivi du projet de loi et apporter leur concours en vue d’une adoption définitive d’un texte qui réponde à leurs aspirations. Ils l’on fait savoir dans la déclaration commune lue devant la presse. Déclaration qui lance
également un appel de soutien à tous leurs collègues paysans et à l’ensemble des partenaires qui les accompagnent dans cette phase ultime qui couronne une grande bataille pour l’émergence d’un mouvement paysan fort et la promotion d’une agriculture familiale soutenue.

A propos La voix du Paysan Congolais

Bimestriel d'informations du monde rural et de l'environnement en République Démocratique du Congo Visitez notre revue de presse agricole en RDC et notre page Facebook.
Cet article, publié dans 2011, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Loi sur les principes fondamentaux de l’agriculture : les organisations paysannes en appellent à la conscience des parlementaires

  1. Je suis heureux d’apprendre cette bonne nouvelle qui en fait me donne de l’assurance que le paysan congolais que je suis pouvons espérer à un avenir meilleur.Cette lois libératrice donnera davantage la vie au paysan et soutien les initiateurs de celle -ci à ne pas baisser les bras car nous connaissons bien le laxisme dont fait montre nos parlementaires quand il s’agit des questions qui ne sont pas directement liées à leur perdiem et indemnités.Sans la lois le paysan restera le dindon de la farce et la reine houe utile seulement au semis et au labour.Le pouvoir vient du paysan et donc nous devons amener nos parlementaires à se soumettre et surtout considérer nos désidératas.Courage donc chers leaders paysans et vous faites surtout pas corrompre car alors la terre de nos ancêtres vous broiera pour si peu. Roger Pholo journalist à l’INFO-ENVIRONNEMENT ET CHARGE DE COMMUNICATION A LA COPACO/PAYSAN ET DÉFENSEUR DES DROITS HUMAINS 00243-998218472.

Bonjour, vous êtes invité à poster un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s