La CNAPAC dispose d’un statut pour l’émergence des activités des paysans

Le Cadre National de Concertation des Paysans Producteurs du Congo dispose des textes juridiques pour l’émergence des mouvements paysans et qui sera adopté lors du 2ème carrefour paysan. Avec l’appui de Prefed, les membres de CNAPAC (Cadre National de Concertation des Paysans Producteurs du Congo) se sont retrouvés dans un atelier de réflexion sur la situation des mouvements des paysans, qui s’est clôturé mercredi 19 octobre à Kinshasa. Cet atelier a eu lieu avant la tenue du deuxième carrefour paysan.

Quelques délégués des provinces qui y ont pris part, ont réfléchi et élaboré les textes qui doivent régir le CNAPAC.

« Nous avons réfléchi sur ce qui peut être le statut de cette nouvelle organisation paysanne,  sur la vision, sur la mission de cette organisation et sur les activités à mener», a fait savoir le président de CNAPAC Paluku Mivimba.

Ce dernier s’est réjoui du travail abattu, appelant ainsi les paysans à la solidarité entre paysans.

Il a par ailleurs souligné que la vision du CNAPAC est d’œuvrer pour l’effectivité d’un monde paysan solidaire, professionnel et prospère où règne le bien-être socio-économique et culturel.

Le CNAPAC, a-t-il poursuivi, a pour mission d’assurer l’accompagnement à l’émergence (des) du mouvement (s) paysan(s) congolais pour le renforcement de leur pouvoir culturel, socio – économique et politique dans la société.

En ce qui concerne les objectifs, le président de CNAPAC a indiqué que cette nouvelle organisation appuiera la valorisation des ressources naturelles paysannes et aidera les agriculteurs familiaux à renforcer leurs capacités d’analyse et d’action. Il a renchéri que CNAPAC va représenter, défendre et promouvoir les intérêts des paysans producteurs agricoles.

M. Paluku Mivimba a épinglé les défis que cette organisation doit relever, notamment la sécurisation de la terre paysanne, l’harmonisation des stratégies d’intervention à la base, la professionnalisation de l’agriculture paysanne et la réhabilitation identitaire du producteur agricole congolais. Il a encore cité l’absence d’une loi régissant les producteurs agricoles et les mesures de mise en application des lois agricoles, foncières et minières.

Pour ce qui est de carrefour paysan, il a précisé que ce dernier est un cadre qui permettra les paysans de toutes les provinces de réfléchir sur leur métier et leur situation social.

« Le thème nous interpelle nous les paysan à savoir ; quelle est notre place dans ce pays et tout ce qui se fait pour les paysans sur le plan politique et à tous les niveaux de prise des décisions », a-t-il dit.

Prenant la parole, le coordonnateur du PREFED Ernest Kuyengila a rappelé la mission de son organisation dans ces assises, celle d’accompagner les paysans à produire le cadre juridique du CNAPC.

En outre, le cadre juridique va consister à contribuer à l’émergence du mouvement paysan en RDC, insiste-t-il avant de dire : « il fallait aider cette structure d’avoir des textes qui répondent aux réalités paysannes. Il fallait leur doter d’une vision stratégique de la paysannerie congolaise.

Hyamaz/MMC, Digital Congo, Kinshasa, 21/10/2011

Advertisements

A propos La voix du Paysan Congolais

Bimestriel d'informations du monde rural et de l'environnement en République Démocratique du Congo Visitez notre revue de presse agricole en RDC et notre page Facebook.
Cet article, publié dans 2011, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Bonjour, vous êtes invité à poster un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s