Paradoxe: les femmes rurales, pourtant mises à l’honneur, sont « empêchées » de participer au défilé

Ce 8 Mars, comme chaque année, l’humanité entière a célébré la Journée Internationale de la Femme. Le thème retenu pour cette année est : « L’autonomisation de la femme rurale, pilier de la lutte contre la pauvreté et la faim». Un thème très important puisqu’il met en exergue le travail réalisé par les femmes rurales dans la lutte contre ces deux fléaux qui touchent en grande partie les milieux paysans.

En RDC, les femmes ont célébré, à leur manière, cette journée à travers un défilé, organisé par le Ministère de la Famille et du Genre, ce jeudi 8 mars 2012, sur la place du Cinquantenaire à Kinshasa. Des femmes issues d’entreprises, de partis politiques, d’associations, d’ONG ou encore de structures étatiques ont pris part à cette grande manifestation, toutes habillées en pagnes, lesquels avaient été commandés et vendus par le Ministère de la Famille et du Genre. Sur ces pagnes, on pouvait lire le thème de cette Journée Internationale de la Femme.

Cependant, les véritables femmes rurales ont été les grandes absentes de ce défilé puisque elles n’ont pas été en mesure de payer le fameux pagne du Ministère, vendu à 25 dollars pour une pièce de 6 yards. Or, le port de ce pagne était la condition sine qua none pour participer à cette manifestation. Une dame nous explique: « demander à une femme rurale de payer 25 dollars pour un pagne, c’est lui demander de se suicider ». « D’autres femmes n’ont pas connu de problème puisque leurs structures respectives ont acheté des pagnes pour elles », explique une autre dame rencontrée à la foire agricole dans l’enceinte du Ministère de la famille et du genre. C’est une chose d’acheter ce pagne, une autre c’est de payer les frais de couture chez le tailleur autour de 10 à 15 dollars. « Si vraiment cette journée est dédiée à la femme rurale, pourquoi le Ministère ne peut-il pas vendre ce pagne à 5 dollars pour cette catégorie de femmes démunies ? », s’interroge-t-elle.

En effet, cette Journée Internationale de la Femme est de plus en plus liée, en RDC, au port de ces pagnes commandés et vendus par le Ministère de la Famille et du Genre et au défilé. Toutes les femmes ne jurent que par cette tenue vestimentaire qui devient même une source de conflit dans les foyers où les hommes ne sont pas en mesure d’en offrir à leurs épouses.

Au moment où les femmes de la ville de Kinshasa célèbrent cette journée, les véritables paysannes travaillent dans leurs champs, dans des conditions difficiles vu le manque des matériels appropriés. Beaucoup d’entre elles ignorent l’existence même de cette journée puisque cela n’a aucun impact sur leurs activités et leur vie quotidienne.

Certains acteurs du secteur agricole attendaient plutôt de cette journée une réflexion de fond sur les conditions de travail des femmes rurales et sur les actions de plaidoyer de grande envergure à mener auprès des autorités politiques et administratives afin de résoudre un certain nombre de problèmes qui les touchent, à savoir le manque de terres, l’absence de crédit et le manque des matériels adéquats de travail. Mais rien de cela n’a été fait.

La Voix du paysan congolais

A propos La voix du Paysan Congolais

Bimestriel d'informations du monde rural et de l'environnement en République Démocratique du Congo Visitez notre revue de presse agricole en RDC et notre page Facebook.
Cet article, publié dans 2012, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Paradoxe: les femmes rurales, pourtant mises à l’honneur, sont « empêchées » de participer au défilé

  1. SIMPLEX KAMBALE MALEMBE dit :

    Vous comprennez comment les choses sont interprétés à Kinhsasa ou disons mieux par nos autorités. les femmes paysannes devront savoir se prendre en charge. Elles devront voir ce que fera le même ministère la journée internationale de la femme rurale, le 16 Octobre si j’ai bonne mémoire.
    La tenue n’est pas à mon avis l’essentiel surtout que le ministère est entrain de faire de cette pratique de tenue une obligatoire tradition , non pas pour l’intérêt des femmes mais pouce se faire de l’argent sur le dos de ces pauvres femmes et de ces hommes qui doivent payer ces pagnes à leurs épouses, enfants….
    OU EST LE SERIEUX;

  2. Raymond dit :

    La femme rurale jusqu’au niveau du territoire a célèbré à sa manière la journée de la femme, certes. Il y a eu discours, defilé, message à travers les radios rurales, rejouissance et autres. Un pas a été franchi, je pense. Reflechissons maintenant comment, sans mettre le pagne en exergue le message peut e^tre véhiculé jusqu’au niveau du secteur, groupement, village …etc. La critique est aisée …. Félicitation les mamans et promettez nous de faire mieux l’année prochaine.

  3. kabeya dit :

    je pense que ce qui importe ne pas les pagne mais la conscience exacte d identité d être mamans ou femme qui est ultérieurement et non par les pagnes

Bonjour, vous êtes invité à poster un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s