La commission chargée de l’élaboration des mesures d’application de la loi agricole enfin opérationnelle

La commission chargée de l’élaboration des mesures d’application de la loi portant principes fondementaux du secteur agricole, instituée par le décret du Ministre de l’Agriculture en Août 2011, est enfin réactivée. Le Secrétaire général du Ministère de l’Agriculture Ramazani a, ce mardi 17 avril 2012, lancé le début des travaux de cette commission, qui se dérouleront en trois phases : l’élaboration des projets des textes de mesures réglementaires, l’information et la validation en provinces.

Pour Paluku Mivimba, président de la Confédération Nationale des paysans du Congo (CONAPAC), il était urgent de réactiver cette commission puisque la loi agricole va entrer en vigueur au mois de juin 2012. Si rien n’est fait, elle risque de commencer sans mesure d’application.

Pour ce faire, il a pris une série des contacts avec le Ministère de l’Agriculture et le Secrétariat général de l’Agriculture afin d’examiner les voies et les moyens de la rendre effective. Une première réunion restreinte s’est tenue au PREFED le 13 avril 2012 avec pour objectif de réfléchir sur les méthodes de travail, la distribution des tâches, le calendrier de travail et la désignation des sous-commissions en se référant aux chapitres de la loi agricole. Une autre réunion, élargie aux autres parties prenantes et convoquée le 17 avril 2012, a abouti au lancement des travaux de cette commission.

Lors de cette séance inaugurale, la CONAPAC a souligné le fait que les producteurs agricoles saluent cette loi qui a le mérite d’exister. Ils sont disposés à travailler sur ces mesures d’application afin qu’avec les différents acteurs du secteur agricole, ils puissent la parfaire en gardant son esprit. Dans son allocution, le Secrétaire Général du Ministère de l’Agriculture Pêche et Elevage a cité sept fois la CONAPAC. C’est une preuve que celle-ci est perçue comme un partenaire incontournable par les acteurs agricoles de notre pays.

Pour Paluku, il faut commencer avec le budget mis en place par des membres de l’AgriCongo, si maigre soit-il, en travaillant par palier. Un fonds d’études et d’expertises, dans le cadre de la coopération gouvernementale belgo-congolaise, pourrait être utilisé à la requête du ministère afin de réaliser l’ensemble des trois phases planifiées. Il s’agit des étapes suivantes : L’élaboration des projets des textes des mesures règlementaires laquelle prendra 30 jours ; L’information et la validation en provinces et finalement la vulgarisation. Le secrétariat permanent de cette commission est composé des experts suivants: Me Itole, Alain Huart, Paulin Osit, Etienne Bisimmwa et Malembe Simplexe.

Le CRAFOP encourage à poursuivre ce travail pour l’intérêt bien compris des paysans qui cherchent encore l’appui de tous afin de favoriser l’émergence d’un mouvement paysan fort et représentatif qui leur permettra de négocier et de défendre leurs intérêts en RDC.

Selon Sylavin Mapatano de Diobass/Sud Kivu , « voilà une bonne nouvelle. Nous restons à l’écoute pour savoir comment nous pouvons contribuer à ce travail, même de loin. Nous espérons que les inputs qui sortiront des premiers ateliers thématiques tenus dans les provinces du projet Synergie et Complémentarité prévus courant mai auront encore la chance d’être intégrés dans le document final des mesures d’application ».

LVPC

Advertisements

A propos La voix du Paysan Congolais

Bimestriel d'informations du monde rural et de l'environnement en République Démocratique du Congo Visitez notre revue de presse agricole en RDC et notre page Facebook.
Cet article, publié dans 2012, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour La commission chargée de l’élaboration des mesures d’application de la loi agricole enfin opérationnelle

  1. Tundanonga dit :

    Parfois on croit rêver, et pourtant c’est la triste réalité de la vision que les « commis » et les « cols blancs » se font de l’agriculture congolaise et des agriculteurs congolais: *Créer une « commission pour chargée de l’élaboration des mesures d’application de la loi portant principes fondementaux du secteur agricole, instituée par le décret du Ministre de l’Agriculture en Août 2011 » pour jetter par la fenêtre ou empocher, qui auraient pu assurer les primes pour une bonne centaine des moniteurs agricoles! * Commission dont les « travaux (…) se dérouleront en trois phases : l’élaboration des projets des textes de mesures réglementaires, l’information et la validation en provinces », (…) Il s’agit des étapes suivantes : L’élaboration des projets des textes des mesures règlementaires laquelle prendra 30 jours ; L’information et la validation en provinces et finalement la vulgarisation. » Donc, trente jours de dépenses futiles, de gaspillage de papiers et de mobilisation de ressources humaines pour 5 personnes dont un Belge.
    Cinquante ans aprfs l’indépendance, la RDC a encore de cadres incapables de cogiter, d’utiliser leurs méninges d’une façcon autonome, sans un chien de garde belge !
    Avant d’être une puissance militaire, avant d’être une puissance géopolitique, tout pays est avant tout une puissance agricole. Que peut apporter la Belgique à l’agriculture congolaise? Rien, sauf les mauvaises manières qu’elle avait imposée aux agriculteurs congolais pendant la colonisation. Combien de fois Mabika Kalanda se retournera-t-il dans sa tombe pour que la décolonisation mentale des Congolais soit effective?

  2. Roger Pholo dit :

    Cher ami,je suis d’avis avec vous rien ne peut changer avec des gens dont l’objectif est de rester maitre de l’histoire.C’est une honte que d’avoir des dirigeants ou encore des leaders paysans corrompus et qui dans leurs esprits ne voient que comment sillonner le monde.Ces leaders auto proclamés sinon créés par les anciens maitres pensent pouvoir changer les choses .un léopard ne peut pas changer des peaux et donc les hommes avisés savent qu’il ne faut rien attendre des pareilles initiatives car elles ne sont que rêveries des femmes enceintes.Les vrais défis du paysan sont ailleurs et il faut les desceller.Qui vivra verra

  3. Nous souhaitons la participation de l’association des consommateurs dans la commission de la mise en application des mesures d’accompagnement de la loi sur l’agriculture

  4. Les paysans attendent à bras ouvert ses mesures qui pourront les orienter à la professionnalisation de leur metier et surtout les stimuler d’adhérer aux principes de developpement des chaines de valeur des filières afin d’accroître leur revenu.

    • Tundanonga dit :

      L’agriculteur congolais, l’agricultrice congolaise a besoin de dessertes agricoles pour évacuer ses produits; de la satisfaction de ses besoins matériels et immatériels: respect de sa personne et de sa profession, des centres de santé publique et d’hygiène (dispensaires, hôpitaux), des écoles, centres d’achats de produit de première nécéssité (savon, habits etc.); des moniteurs agricoles, de la sécurité des biens et des personnes. Tout agriculteur, quelque soit le continent est une personne pragmatique, qui se méfie de la bureaucratie et méfiante du progrés et de l’innovation: « qui ne mange pas, ce qu’il ne connaît pas », comme le dit un adage allemand.

  5. Ping : La Belgique relance l’élaboration des mesures d’application de la loi agricole – l’article 16 sera changé | La voix du paysan congolais

Bonjour, vous êtes invité à poster un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s