Jean Chrysostome Vahamwiti : fils de paysan et paysan lui-même est porté à la tête du Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural

Le Premier Ministre de la RDC a rendu public son nouveau gouvernement, samedi 18 avril 2012, tard dans la soirée. Il a confié le Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural à Jean Chrysostome Vahamwiti, fils de paysan et lui-même paysan.

La nomination de Jean Chrysostome Vahamwiti à ce poste suscite des réactions positives de la part des paysans et des experts œuvrant dans le secteur de l’agriculture en RDC. Pour Paluku Mivimba, président de la CONAPAC, « c’est une satisfaction que nous éprouvons parce que c’est un enfant de paysan qui vient d’être nommé Ministre de l’Agriculture et du Développement Rural, lui-même avant tout paysan pour avoir longtemps travaillé dans le secteur agricole ». Paluku Mivimba a affirmé que le Ministre Vahamwiti a travaillé toute sa vie dans la défense et l’accompagnement des paysans, « il connaît donc très bien le monde paysan, ses difficultés et ses problèmes ».

Durant son parcours, il a pris une part active à la restructuration du mouvement paysan en RDC et il s’est impliqué dans l’élaboration de la « Loi portant principes fondamentaux relatifs au secteur agricole », promulguée par le Chef de l’état en  décembre 2011, témoigne Paluku Mivimba. Il a poursuivi : « le Ministre Vahamwiti a beaucoup milité pour la cause des paysans et  il a une vision de l’orientation de l’agriculture en RDC, ce qui un atout pour lui ». Paluku a conclu : « nous sommes sûrs qu’avec lui, il y aura des changements dans ce Ministère de l’Agriculture et du développement rural ».

Pour sa part, Alain Huart, expert dans le secteur agricole en RDC, le nouveau Ministre de l’Agriculture et du Développement rural « est quelqu’un qui maîtrise le monde paysan et l’agriculture en RDC ». A ce titre, il pense « qu’il a toutes les compétences nécessaires pour réussir dans ce Ministère ».

Cependant, Alain Huart pense qu’il faudrait tout de même trouver une harmonisation qui sécurise tout le monde, à savoir les paysans, la FEC et tous les opérateurs du secteur agricole en référant aux questions soulevées par les membres de la FEC sur la loi agricole.

Pour rappel, le nouveau Ministre de l’Agriculture et Développement est né à Butembo. Après ces études primaires et secondaires, il a fait ses études universitaires de développement à l’Université de Graben à Butembo.

Dans sa vie active, il a créé le Conseil Technique pour le développement rural à Beni Butembo qu’il a dirigé comme Secrétaire Exécutif pendant dix ans. Il est en réalité le concepteur du syndicat des paysans, le Sydip, dont il a accompagné la naissance.

Président de la société civile de Butembo, il a conduit, à ce titre, la délégation de la société civile de Butembo à la Conférence nationale souveraine en1992.

En 2006, il a été élu Député provincial de la province du Nord Kivu avant d’être nommé  Administrateur général adjoint de l’OKIMO. En 2011, il a été élu Député national du Territoire de Lubero avant d’être désigné, ce 18 avril, Ministre de l’Agriculture et du développement rural.

LVPC

A propos La voix du Paysan Congolais

Bimestriel d'informations du monde rural et de l'environnement en République Démocratique du Congo Visitez notre revue de presse agricole en RDC et notre page Facebook.
Cet article, publié dans 2012, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Jean Chrysostome Vahamwiti : fils de paysan et paysan lui-même est porté à la tête du Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural

  1. Le nouveau Ministre de l’Agriculture et du Devéloppement rural fût mon chef direct comme Secrétaire Général du SYDIP,je confirme ses talents dans le monde rural.
    Etant que encadreur des paysans ,nous avons salué sa nommination et nous le réiterons notre soutien pour l’epanouissement des petits producteurs qui viennent de trouver un interlocuteur propre à eux.Que les paysans trouvent ici le chemin de quitter l’agriculture de subsistance pour l’agriculture orientée vers le marché.

  2. Tundanonga dit :

    Il ne faut jamais vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué: c’est au moment du bilan que l’on félicite ou pas. La banque mondiale vient d’élire un médecin anthropologue à sa tête, et pourtant il n’a jamais eu à faire avec les finances! Combien de membres des gouvernements, depuis la IIe République, avaient été mis à la tête des ministères correspondant à leurs études ou professions? Quel fut leurs bilans? Où en sommes-nous en 2012? Lorsqu’une sémantique est mal utilisée, on ne peut pas avoir l’esprit dégagé pour penser et agir positivement. Aussi longtemps que les mots comme: exode rural, paysan (paysannat), seront dans les discours écrit et oral des « intellos » congolais, alors que « les campagnes, qui se vident » et « agriculteurs » sont utilisés, l’agriculture congolaise tournera en rond. Coment satisfaire les besoins immatériels et matériels des agriculteurs est la question que toutes les puissances agricoles (giga, méga, moyennes ou petites) se posent et essaient de trouver en permanence de réponses adéquates. Mais, comme la RDC est un pays, où les Responsables font tourner les aiguilles de l’horloge dans l’autre sens, l’agriculture congolaise ne verra pas le bout du tunnel demain.

  3. KAMBALE WAHENDIRE Deogracias dit :

    quelques jours après sa nomination comme ministre de l’agriculture et développement rural; j’ai eu à l’écouter une fois dans une réunion. de part ses déclarations j’ai vite sentis sa volonté de travailler pour le changement durable du secteur agricole dans notre pays. Je lui souhaite plein succès à la tête de ces deux grands ministères qui constituent le point de repart du développement de la RD.Congo. en fin je prierais au ministre de ne pas oublier de créer la relève pour les deux ministères.

    • Tundanonga dit :

      Monsieur Kambale, Je rêve! dans quel monde vivez-vous? Qu’est-ce que Dieu ou Satan vient de chercher dans un domaine, où les sentiments sont exclus?
      ACTIONS SPEAK LOADER THAN WORDS, disent les anglo-saxons, en français, les actions parlent plus fort que les mots/paroles.
      C’est l’action, qui compte. Quelle agriculture pour la RDC? Une agriculture: facultative, incitative ou coercive? (voir: L’industrialisation de l’agriculture en RDC est-elle possible en 2012 ? Publié le 12 janvier 2012 by La voix du Paysan Congolais http://lavoixdupaysancongolais.com/2012/01/12/industrialisation-agriculture-rdc/)
      Il y a un temps pour blaguer, un temps pour rire et un temps pour être sérieux. IL y a un temps pour raisonner, un temps pour travailler et un temps pour le repos du corps et de l’esprit. Les prières sont de divertissements comme aller danser, aller se promener. A Dieu, c’est qui est à Dieu et à César, ce qui est à César! Quel est son projet agricole? Que sera l’agriculture congolaise dans 10, 15, 20, 25 ans? Quand reconquerira l’agriculture congolaise les marchés perdus depuis le 30 juin 1960? Quand est-ce que la RDC atteinrda l’autosiffisance alimentaire? Quand est-ce que la RDC aura de reserves alimentaires de 3-5 ans? Voilà quelques questions quxquelles le peuple congolais attend de réponses concrètes, une planification agricole à moyen et long terme de ses différents gouvernements depuis la dérégulation de l’agriculture congolaise. Les blabla, on en a marre.

Bonjour, vous êtes invité à poster un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s