Le Conseil consultatif provincial de l’Equateur bientôt contrôlé par les organisations paysannes?

Une soixantaine de délégués des organisations paysannes venus de 12 territoires sur 13 que composent la province de l’Equateur, ont pris part aux travaux de l’atelier d’analyses, d’échanges et de planification de plaidoyer sur la loi agricole de la RDC, organisé début juin au Centre Motema Moko, situé à Iyonda,  à 15 kms de Mbandaka .

Pour les paysans producteurs de cette province, tous les problèmes auxquels ils sont confrontés tels que l’insécurité foncière, le manque d’intrant et des moyens financiers, le manque de semence de bonne qualité etc. ne  peuvent trouver des solutions que dans le cadre du Conseil consultatif provincial. Celui-ci  sera amené à prendre des décisions importantes dans le domaine de l’agriculture. Ils ont insisté  pour qu’ils puissent participer  à cette structure à la hauteur de 70 %  dont 30 % de femmes.

Le Ministre provincial de l’Agriculture et Développement Rural de la province de l’Equateur, Jean Faustin Mokoma qui a ouvert et clôturé les travaux de cet atelier,  a salué cette initiative venue des producteurs agricoles eux-mêmes.  Mais, il estime que cette recommandation est bien fondée, mais il faudrait d’abord attendre l’entrée en vigueur de la loi agricole et l’arrêté du Ministre qui va instituer le Conseil Consultatif Provincial, tel que prévu dans cette loi.

Par ailleurs, il a relevé le paradoxe de la RDC,  un pays aux énormes potentialités agricoles, mais  exporte des produits agricoles. Ce paradoxe est dû à une mauvaise  politique agricole depuis de décennies, mais aujourd’hui corrigé avec la nouvelle loi agricole promulguée par le Chef de l’état en décembre 2011.

Pour le Ministre, cette nouvelle loi agricole donne de grandes  orientations en ce qui concerne la promotion de l’agriculture en RDC. Mais, elle  doit être vulgarisée et certaines lacunes doivent être comblées dans les mesures d’application en élaboration.

Dans les échanges avec les participants, le Ministre a suggéré de plaider pour la création de banques de crédit agricole à travers la RDC qui vont donner des crédits aux paysans. Cela va les aider  à obtenir de petites unités de production. Ainsi les paysans pourront produire de l’huile de palme à partir de ces petites unités même derrière leurs maisons. Ils auront aussi besoin de bons emballages et de circuits  de commercialisation.

Cet atelier s’inscrit de la première série des ateliers organisés dans le cadre du projet synergie et complémentarité appuyé par l’Alliance AgriCongo. Celle-ci travaille dans différentes provinces de la RDC pour soutenir l’agriculture familiale en RDC à travers un travail d’appui à la structuration du mouvement paysan à la base et d’accompagnent des OP dans leurs efforts de formation des actions de plaidoyer.

Les photos de l’atelier sont disponibles sur la page facebook : https://www.facebook.com/LaVoixduPaysanCongolais

LVPC

A propos La voix du Paysan Congolais

Bimestriel d'informations du monde rural et de l'environnement en République Démocratique du Congo Visitez notre revue de presse agricole en RDC et notre page Facebook.
Cet article, publié dans 2012, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Bonjour, vous êtes invité à poster un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s