Les paysans de la province de Bandundu refusent de vivre dans l’insécurité foncière et dans l’extrême pauvreté

La ville de Kikwit dans la province du Bandundu a abrité le lancement de la deuxième série d’ateliers sur la problématique du foncière en RDC, organisée dans le cadre du projet : « Synergie et Complémentarité » d’AgriCongo. Cet atelier a ouvert ses travaux le mercredi 26 septembre 2012 à l’hôtel Kwilu et est axé sur les échanges et la planification sur les défis face à la sécurité foncière pour une agriculture familiale durable.

Encourager la participation paysanne à la recherche des solutions durables relatives à la sécurité foncière à travers le renforcement du mouvement paysan provincial, tel est l’objectif de cet atelier dont l’ouverture a été rehaussée par la présence du ministre provincial de l’Agriculture, Koko Pembe. Les interventions d’introduction ont été faites par le président de la faitière provinciale FOPABAND, Jacques Mitini, le Coordonnateur général de Trias, Jos Van Mierlo et l’Attachée de Coopération de l’Ambassade de Belgique, Françoise Donnay.

Jacques Mitini a décrit la situation des paysans en RDC, jadis abandonnés à cause d’une « agriculture de slogan » ainsi que les difficultés auxquelles les paysans et producteurs sont confrontés tels que les problèmes d’accès aux semences, d’évacuation de la production vers les lieux de consommation ou encore d’aménagement des sources d’eau. La FOPABAND qu’il préside constitue une des principales organisations agricoles de la province du Bandundu. Elle est composée de 484 unions paysannes reparties sur 16 territoires, 46.850 organisations paysannes de base et 987.533 membres. Il a terminé son intervention en lançant ce cri de guerre : « Nous refusons de vivre dans l’insécurité foncière, nous refusons de vivre dans l’extrême pauvreté …mettons –nous au travail de la terre ».

Pour sa part, le Coordonnateur de Trias, Jos Van Mierlo a souligné la pertinence de cet atelier qui se tient au moment où la question foncière est plus que jamais sensible en RDC. « Nous attendons de cet atelier des actions de plaidoyer locales, provinciales et nationales qui prennent en compte les enjeux économiques et sociaux de la question foncière et que des échanges sortira un plan de plaidoyer pertinent et approprié dont la mise en œuvre devra jouer un rôle catalyseur dans le développement économique et social de la province du Bandundu ».

Mme l’Attachée de l’Ambassade de Belgique, Françoise Donnay, a indiqué que le manque de sécurisation foncière est l’un des grands freins au développement de l’agriculture familiale. Elle a pointé des problèmes de sécurisation foncière pour certains sous-secteurs spécifiques comme : l’agroforesterie, l’horticulture (qui requiert souvent des aménagements hydro-agricoles).Elle a en outre recommandé de prendre en compte la dimension genre, « car les paysannes, à cause du fait qu’elles sont des femmes, ont encore plus de problèmes que les paysans pour un accès sécurisé à l’utilisation de la terre ». Mme Donnay a reconnu finalement qu’il y a une dimension culturelle importante à ces problèmes, qui peut différer d’une province à l’autre « d’où l’importance d’aborder cette question au niveau provincial, et d’impliquer les autorités traditionnelles de la province. Il semble que même à l’intérieur d’une même province, les causes culturelles ou autres des problèmes fonciers ne sont pas les mêmes dans tous les territoires, d’où l’importance des échanges entre vous, pendant cet atelier. »

Les participants vont lors des trois prochains jours analyser et échanger sur la problématique du foncier en RDC tout en identifiant les défis de la sécurité foncière particulièrement au triple niveau territorial, provincial et national .Enfin, ils auront à relever les éléments du plaidoyer.

Notons que cet atelier réunit une trentaine de paysans et producteurs agricoles venus aussi bien de quatre districts de la province à savoir : Kwango, Kwilu, Plateau et Maidombe. Le Ministre de l’Agriculture, Koko Pembe, a encouragé les paysans et producteurs de la province à travailler en collaboration avec son ministère car le Bandundu vient, grâce à son projet de village agricole, de bénéficier de 2 milliards de Francs Congolais de la part du Gouvernement.

LVPC

Soutenez ce journal en devenant fan du journal sur Facebook via ce lien : https://www.facebook.com/ LaVoixduPaysanCongolais

Advertisements

A propos La voix du Paysan Congolais

Bimestriel d'informations du monde rural et de l'environnement en République Démocratique du Congo Visitez notre revue de presse agricole en RDC et notre page Facebook.
Cet article, publié dans 2012, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Bonjour, vous êtes invité à poster un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s