AgriCongo – Le Financement de l’agriculture congolaise, mythe ou réalité ?

Nouvelle série d’ateliers sur le financement rural et les infrastructures  agricoles

La troisième série d’ateliers du projet : «  Synergie et complémentarité »  va commencer du 23 au 25 Avril 2013 à Matadi dans la province du Bas Congo. Des  paysans producteurs agricoles qui viendront de toute la province, vont réfléchir sur : « le Financement rural et les infrastructures agricoles », deux thèmes d’une importance capitale pour les paysans producteurs agricoles de la RDC qui résument deux problèmes majeurs  auxquels ils sont confrontés dans l’exercice de leur profession.

Après le Bas Congo, les mêmes ateliers seront organisés de mai à juillet 2013 dans les provinces concernées par ce projet, à savoir : Nord Kivu, Sud Kivu,  Equateur Nord, Equateur Sud, Bandundu Kwilu et Bandundu ville pour que là aussi les paysans agricoles puissent engager des discussions pouvant aboutir à des actions prioritaires pour améliorer et relancer l’agriculture paysanne en RDC.

En effet, depuis longtemps, les producteurs agricoles ne cessent de réclamer auprès des gouvernants des moyens nécessaires pour financer l’agriculture en vue augmenter leur production, bien conserver leur production, proposer des produits de bonne qualité sur le marché pour qu’en retour ils puissent avoir de revenus.

Mais, leurs cris ne sont pas entendus par les gouvernants qui ne font aucun effort pour financer l’agriculture laissée entre les mains de financements extérieurs. Les crédits agricoles n’existent pas après la faillite de la Banque de Crédit Agricole, BCA. On remarque souvent dans le budget de l’état la part  dérisoire qui est accordée à l’agriculture, moins de 2 % alors que dans tous les gouvernements l’agriculture est déclarée priorité des priorités. Les décaissements de ce peu des moyens se font avec beaucoup de peines à tel point que souvent les fonds disparaissent dans le circuit administratif et financier notamment dans des missions officielles.

Beaucoup de plans de développement agricole ont été initiés dans ce pays, depuis l’époque de Mobutu jusqu’aujourd’hui, mais tout se solde par un échec puisque les moyens financiers ne suivent pas. Les infrastructures agricoles sont du moins pour celles qui existent encore dans un état d’abandon avancé. Nous pouvons citer à titre illustratif des unités de productions dans les provinces, des plantations de palmeraies, de café… sont en ruine. Les INERA implantés dans presque toute la RDC sont dans un état d’abandon avancé alors que personne ne peut nier l’importance de ces structures de recherches agricoles. D’autres infrastructures telles que les voies de communications, les matériels de production, de conservation, de transformation ont aussi subit le mêmes sort.

Lors de ces différents ateliers, des paysans producteurs agricoles vont d’abord faire des états des lieux sur ces deux questions au niveau provincial et local et ils vont ensuite déterminer des actions prioritaires à mener en vue d’un changement positif dans ces deux secteurs.

Pour rappel, cette troisième série d’ateliers se tient après ceux qui se sont déroulés en 2012 dont les réflexions ont portées sur la Loi agricole et la loi foncière. Des actions de plaidoyer ont été menées au niveau national et provincial pour la mise en œuvre des actions prioritaires dégagées et identifiées par les paysans producteurs agricoles eux-mêmes.

LVPC

A propos La voix du Paysan Congolais

Bimestriel d'informations du monde rural et de l'environnement en République Démocratique du Congo Visitez notre revue de presse agricole en RDC et notre page Facebook.
Cet article, publié dans 2013, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour AgriCongo – Le Financement de l’agriculture congolaise, mythe ou réalité ?

  1. président yoka nkumu christophe dit :

    nous saluons vraiment les démarches ou les initiatives de notre gouvernement malgré ça viennent toujours en retard et si le gouvernement ne se laisse point de bien écouter les producteurs agricoles et les paysans qui en souffrent et c’est leurs vie quotidiennes de les expliquer les vrais défis à relever!!! comme les routes de dessertes agricoles qui est à la base d’abord de l’autoconsommation, perte des produits récoltés…. il y aura toujours un échec comme d’habitude dans notre pays!!!! Collectif des Associations de Développement pour le Bien-être de Bikoro CADEB en sigle.

  2. chrispin tribunali (fermier) dit :

    un jour il sera crée au congo le « FPA » fonds pour la promotion de l’ agriculture qui recoltera des taxes de la manière que le FPI,le FPC,le FONER etc et ces fonds seront affectés totalement au developpment de l’ agriculture
    ensuite sera relancé la BCA « banque de crédit égricole »
    ce sera ce jour là que nos rêves pourront commencer à être réalisés, ce jour arrivera ca c’ est mon rêve
    chers amis, revons mais c’est pas loin, nos députés et nos dirigeants voteront des lois et sortiront des arrêtés et des décrets pour ce faire mais nous continuons à le leur demander
    le budget passera à 10 % voire 20 % pour l’ agriculture, battons nous !

  3. Hilaire LOCHANGA dit :

    Nous souhaitons plein succès à cet atelier de Matadi.
    Nulle n’ignore que le monde agricole congolais est en perte de vitesse car, il n’ y a pas du tout un produit que la RD Congo peut présenter officiellement au niveau international comme un produit à exporter. La raison fondamentale est le manque d’appui financier de l’état congolais dans le secteur de production des produits vivriers.
    Que ce financement ne soit pas un mythe, mais une réalité pour encourager les paysans à mieux produire et surtout à produire en qualité et en quantité exportable et aussi à faire face au problèmes de la sécurité alimentaire.

  4. Ngaya dit :

    Bonjour, Je suis Président d’une ongd au kongo central,nous avons au moins 100 ha,nous sollitons un fonds pour faire 5 différentes cultures,et vous promet que la 1ère financement fera en sorte que nous ayons la possibilité de financer d’autres projet pour lutter contre l’autosuffisance alimentaire,contre la pauvreté puis crée les emplois. pour tout contact Me. Ngaya René 0897876153,

Bonjour, vous êtes invité à poster un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s