Edition n°22 – Des femmes rurales sous la menace constante de viol sur les lieux de productions

Le numéro 22 du journal La Voix du Paysan Congolais est enfin disponible sur la place publique en version électronique et en version papier. Vous y trouverez des informations indispensables à connaître sur l’agriculture et le développement rural en RDC. Ne manquez pas de lire attentivement ce précieux numéro. Vous pouvez le télécharger gratuitement sur ce lien internet : Edition n°22 – Des femmes rurales sous la menace constante de viol sur les lieux de productions

Le titre phare de ce numéro porte sur les types de violences dont les femmes rurales sont victimes de manière récurrente. Dans leurs témoignages, elles ont énuméré les violences sexuelles, politiques, économiques, culturelles, psychologiques et même foncières. Lire en pages 10-13

La RDC a enfin un plan d’investissement agricole (téléchargeable ici) qui a été validé pour l’exercice 2013-2020. Le plan a été adopté, c’est une bonne chose,  mais le grand défi reste sa mise en œuvre. Lire page 3

Le Commissaire Européen en charge de l’Agriculture et de développement rural, Dacian Ciolos, plaide pour le renforcement de la Coopération agricole UE-Afrique pour relever le défi de la sécurité alimentaire et du développement économique des zones rurales. Lire en page 3

Visitez la seule revue de presse agricole en RDC Revue de Presse

Vers les années 1970, la RDC exportait l’huile de palme et a occupé la deuxième place dans le monde derrière la Malaisie. Paradoxe, aujourd’hui la RDC importe l’huile de palme de  la Malaisie. La filière huile de palme reprend timidement, mais il y a beaucoup à faire. Lire pages 16-17

Lors de sa visite dans le site de CECOMAF, dans la banlieue de Kinshasa, le Ministre Belge de la coopération Jean Pascal Labille a été investi défenseur des maraichers qui lui ont exposé les problèmes de spoliation des terres  dont ils sont victimes.  Un plaidoyer de l’UCOOPMAKIN. Lire pages 7-9

Le nouveau Ministre de l’Agriculture, pêche et élevage de la province du Bas Congo, Raymond Nsumbu Badika a donné sa vision concernant la relance du secteur agricole : «  consommons ce que nous produisons, produisons ce que nous consommons ». Lire pages 18-19

Dans la page fiche technique, on y trouve des informations sur comment obtenir un cacao de qualité grade 1. La page chiffre porte le prix moyen des produits agricoles au détail et gros. Neufs produits de base ont été retenus dont les prix ont été prélevés dans cinq marchés. Lire en page 22 et 23

La troisième série d’ateliers du projet « Synergie et complémentarité », portant sur « les infrastructures rurales et le financement agricole » a démarré au mois d’Avril 2013  par la province du Bas-Congo. Des actions prioritaires ont été dégagées et les ateliers similaires se poursuivent dans les autres provinces ciblées par le projet. Lire en page 24

Voir les photos des ateliers sur: https://www.facebook.com/LaVoixduPaysanCongolais

Et si vous désirez recevoir le journal en version papier, merci de faire la demande à l’adresse  : lavoixdupaysan_rdc@yahoo.fr

Bonne Lecture

La Voix du Paysan Congolais

A propos La voix du Paysan Congolais

Bimestriel d'informations du monde rural et de l'environnement en République Démocratique du Congo Visitez notre revue de presse agricole en RDC et notre page Facebook.
Cet article, publié dans 2013, Exemplaires journal, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Edition n°22 – Des femmes rurales sous la menace constante de viol sur les lieux de productions

  1. Dr. Shungu Tundanonga dit :

    Chapeau bas pour la rédaction: un des meilleurs numéros de la Voix du paysan.

    Notre pays, la RDC, n’a aucune Politique: aucune politique de défense, aucune philosophie et politique de la diplomatieaucune politique de la recherche scientifique, aucune politique de la santé, aucune politique l’enseignement primaire, aucune politique de l’enseignemnt supérieur et universitaire, aucune politique de l’enseignement professionnel et technique. Pourquoi la RDC devrait-elle avoir une politique agricole? Dans tous ses secteurs stratégiques, les gouvernements et les parlementaires congolais naviguent à vue, en bricolant, raccommodant, en rapetassant par ci, par là: aucune stratégie, aucune vision.

    Notre pays, la RDC n’a que de politiques politiciennes et sans le programme de 5 chantiers initiés par JoKab, les infrastructures seraient le dernier souci de nos gouvernements (Mozito, Matata).

    Comment négocier avec l’UE dont la politique agricole est basée sur les subventions et le protectionnisme, dont les politiques agricoles de chaque Etat-membre sont basées sur le protectionnisme et les subventions, alors que leurs exporations agricoles vers les pays en développement y détruisent l’agriculture? Trois exemples: (1) l’expotation des agrumes et autres fruits de la Grèce vers l’Afrique du Sud a conduit à la destruction totale des plantations et de l’industrie (fruit canned industrie) dans la province du Cap; (2) l’exportation de la viande bovine de l’UE vers l’Afrique du Sud a mis mal en point l’exporattion de la viande bovine namibienne vers ce pays; (3) l’exporation de pattes, des ailes et de gorges de poulets congelés vers le Cameroun a détruit l’élevage des poules dans ce pays.

    Ce ne sont pas les tête en RDCs, qui manquent: il y’en a. C’est l’utilisation de ces têtes qui pose problème. Le déclenchement de la guerre, le 02/8/1998, avait remis tout en question, alors que le peuple congolais (re)découvrait la confiance en soi, les grandes lignes de la politique de défense et de la politique socio-économique, la discipline et l’ordre, la politique salariale, le cadre juridique (Constitution, loi sur les partis) etc. Brusquement tout était au ralenti ou arrêté, mais le nationalisme et le patriotisme congolais avec les paysans congolais en première ligne empëcherent l’implosion de la RDC: qui se rappelle encore les reportages (RFI) menés en mulieu rural congolas: Bas-Congo, vallée de la Ruzizi, Zongo, Mutshatsha, où les paysans congolais, qui ne se connaissaient pas, déclarèrent d’une même voix: on peut discuter de tout, sauf de l’intégrité territoriale et de l’unité du Congo, alors que les universitaires et les intellos congolais se mettaient au service du Ruanda, de l’Ouganda et du Burundi?

    Les paysannes congolaises étaient violées quotidiennement à l’Est de notre pays dans toutes les zones occupées, aujourd’hui, elles le sont encore aux Kivus: un cauchemar quotidien. Elles sont rongées et usées psychologiquement par la hantise d’être violées, d’être sexuellement violentées, d’être déshumanisées et souillées soit aux champs soit en allant aux champs soit en allant puisant l’eau soit dans leurs villages soit dans la cour de leurs maisons soit dans leurs cases. Dans ces circonstances, comment un gouvernement républicain peut-il réussir l’application d’une politique agricole, si politique il y a?

    La mécanisation agricole a toujours été le cheval de bataille pour tout gouvernement congolais, tout minsitre congolais de l’agriculture pour détourner les fonds: faites un audit et vous aurez la preuve. Tundanonga

Bonjour, vous êtes invité à poster un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s