Un programme agricole pour le Bas congo – avec quelle volonté politique?

Le Bas-Congo est l’une des provinces de la RDC à vocation agricole avec de nombreuses  potentialités. Mais hélas,  les activités agricoles sont toujours archaïque  et ne permettent pas aux paysans de vivre décemment de leur travail. Ils vivent dans une misère noire, dans l’insécurité alimentaire. L’indépendance du ventre ne peut être gagnée qu’à la seule condition que le peuple Ne Kongo – réputé travailleur – tourne ses yeux  vers son sol qu’il doit nécessairement utiliser pour l’agriculture.

Beaucoup de projets de développement du secteur agricole  ont été élaborés par plusieurs gouvernements qui se sont succédé à la tête de la province  du Bas Congo, mais qui manque de volonté politique, aucun n’a abouti.

Le gouvernement provincial actuel est engagé à faire de l’agriculture une priorité des priorités et il a à son sein un homme, Raymond Nsumbu Badika qui est un vieux routier du secteur agricole à la tête du ministère de l’Agriculture et du développement rural.

Les grandes lignes prioritaires du programme d’action du gouvernement provincial  ont été adoptées à l’Assemblée Provinciale. Le volet agricole qui porte notamment sur la relance, diversification et transformation de la production agricole ; l’Accès aux marchés des produits agricoles et agro alimentaire ; le renforcement des capacités des structures d’encadrement des filières agricoles et agro alimentaires; le Développement de l’industrie manufacturière ; le  développement des infrastructures énergétique, les  pôles de croissance et corridors de développement, l’ appui à la création de l’emploi ; les pôles de croissance corridors de développement et zones économiques spéciales ; la construction des infrastructures pour les produits agricoles et agro- alimentaires.

Toutes les questions relatives à l’agronomie, aux entreprises agroalimentaires, à la recherche agronomique appliquée ; à l’enseignement agricole, vétérinaire et de chimie alimentaire seront aussi au centre de l’action du gouvernement provincial du Bas Congo ont une place de choix dans l’action du gouvernement provincial.

La relance agricole de cette province ne pourra réellement réussir qu’avec la bonne volonté politique dans un partenariat public-privé. Tous les acteurs œuvrant dans ce secteur doivent travailler  pour la recherche des voies et moyens visant à réussir cette relance pour laquelle le gouvernement provincial continuera à se battre, souligne le Ministre provincial de l’agriculture.

A lire : Interview – Au Bas-Congo Raymond Nsumbu Badika est prêt à se mouiller pour les paysans

Pour y arriver, 52 structures paysannes sélectionnées à travers cinq bassins de production à savoir Inkisi, Kwilu, Luala, Lukula et la Mer seront appuyées en semences améliorées (boutures de manioc, arachides, haricots, riz) et en intrants agricoles et matériels aratoires (houes, machettes) dans le cadre du Fonds d’Appui à la campagne agricole 2013 pour un montant de 5 millions de dollars américains obtenu par le gouvernement central.

La récupération de 100 tracteurs agricoles de la province sera lancée en vue de leur réparation et redistribution aux exploitants en activité, a indiqué le Ministre provincial de l’agriculture. Car, il faut arriver à faire du Bas-Congo un grenier agricole dont l’excédent des produits  sera écoulé sur les marchés de la ville-province de Kinshasa.

LVPC

A propos La voix du Paysan Congolais

Bimestriel d'informations du monde rural et de l'environnement en République Démocratique du Congo Visitez notre revue de presse agricole en RDC et notre page Facebook.
Cet article, publié dans 2013, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Un programme agricole pour le Bas congo – avec quelle volonté politique?

  1. Roger Pholo Pfumu Tsundi dit :

    Très bien Excellence et nous vous prions d’exceller également .Mais il vous faut des moyens pour cela.Je reviens d’une tournée en territoire de Tshela dans les secteurs de Nganda-Tsundi et Lubuzi avec de grands producteurs de cacao abandonnés sur le plateau de l’holocauste de la SCAM qui ne voudra jamais entendre parler du développement agricole dans ce teroir avec la bénédiction de l’administrateur du territoire.Voilà des dossiers brulants sur lesquels vous devez commencer et ne chercher pas à inventer la roue car elle l’a été déjà.

  2. Dieudonné NZITA dit :

    Nous ne pouvons qu’appaudir ces genres de programmes longtemps attendu. Toutefois, il faudrait des peresonnes ayant une bonne dose de moralité pour piloter ce projet.
    Attention aux prédateurs pécuniers. Il est également important de cibler Tshela aussi.

  3. Pour les besoins d’informations, je souhaite recevoir régulièrement cette revue.

Bonjour, vous êtes invité à poster un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s