PAI de Bukanga-Lonzo : Quelles leçons pour la mise en œuvre des autres parcs ?

Le gouvernement de la RDC tient à étendre sa politique de l’implantation de 21 parcs agro industriels sur l’ensemble du pays. Il a réaffirmé cette volonté lors de la réunion de la Troïka stratégique, tenue au mois de septembre 2016. Pourtant, la première expérience avec le parc agro industriel de Bukanga-Lonzo n’est pas encore soumise à une évaluation quelconque, mais elle laisse planer beaucoup de doutes et suscite beaucoup de questions sur son importance, ses résultats, sa plus-value, son impact sur les communautés et l’agriculture familiale.

Face à cette volonté manifeste du gouvernement d’étendre cette expérience ailleurs, le Cadre de Concertation de la société civile sur le foncier, CACO, en sigle à travers la Confédération Nationale des Producteurs Agricoles du Congo, CONAPAC, avec l’appui de l’Initiative des Droits et Ressources (RRI), a initié une journée de réflexion sur le parc agro industriel de Bukanga-Lonzo.

C’est ainsi qu’il va organiser ce 6 octobre 2016 à Beatrice Hôtel de Kinshasa, un dialogue multi acteurs sur le cas spécifique de ce parc agro industriel pour une meilleure clarification de l’objectif des PAI afin de tirer des leçons pour la mise en œuvre effective de ce programme à travers le pays.

Les objectifs principaux de ce dialogue est de permettre à toutes les parties prenantes d’être mieux informées sur le projet des Parcs Agro Industriels du pays, avec Bukanga-Lonzo comme étude de cas ; Lever toute équivoque quant à la question de prise en compte des droits de communautés autour de ce parc ; Tirer des leçons de ce dialogue pour alimenter la mise en œuvre des autres parcs.

Pour débattre de cette question, des délégués de l’administration publique, du secrétariat de RRI, des partenaires techniques et financiers, du secteur privé, des chefs coutumiers et des représentants des communautés locales autour de Bukanga Lonzo et des médias vont participer à cette réflexion.

Compte tenu du fait que ce projet est mis en œuvre par la Primature, les organisateurs ont placé ce dialogue sous le haut patronage du Premier Ministre. Des experts et des personnes ressources aussi bien de la primature que des autres institutions vont aborder divers thèmes, notamment  la Présentation de la stratégie et du concept des parcs agroindustriels qui sera abordé par John MUSUSA ULIMWENGU, Conseiller Principal à la primature ; La Présentation du parc agro industriel pilote de Bukanga-Lonzo : de la sécurisation des terres à la mise en valeur du site sera exposé par Ida KAMONJI NASERWA, DG Parc Agro industriel de Bukanga-Lonzo.

D’autres thèmes retenus vont porter notamment sur le projet de création d’une entreprise de coopérative des ménages du PAI de Bukanga Lonzo qui sera développé par Aminata MAIGA, Directrice Pays du Bureau International du Travail en RDC, tandis que le projet de sécurisation foncière des terres des communautés locales sera abordé par Christol PALUKU, Coordonnateur des pays Francophones, Land and Global Land Tool Networ. La présentation du document synthèse sur les impacts sociaux environnementaux du le Parc agro-industriel de Bukanga Lonzo sera exposé par un Représentant de la CONAPAC/ CNONG et la présentation des résultats de la cartographie participative des droits de tenure des CLs dans le PAI de Bukanga Lonzo sera développé par un représentants du RRN…

Pour rappel, lors du dialogue de 2015, organisé par RRI, la CONAPAC a exprimé sa crainte quant à l’installation des Parcs Agro Industriels qui selon elle, aboutirait à la disparition de l’agriculture de subsistance familiale pratiquée par 60% de la population Congolaise.

Bien que cette crainte ait donné l’occasion pendant ce dialogue à l’équipe du projet à une présentation, celle-ci a presque semé plus de doutes dans la tête des participants qui sont restés sur leur soif en lien avec la participation des communautés locales, des peuples autochtones et des femmes dans ces projets et surtout de leur impact sur la vie de ces populations.

C’est ce qui a poussé le CACO de prévoir dans son plan stratégique de 2016, porté par la CONAPAC et avec l’appui technique et financier de RRI, la tenue de ce nouveau dialogue sur le cas spécifique de Bukanga-Lonzo pour permettre une meilleure clarification de l’objectif des PAI afin de tirer des leçons nécessaires.

A l’issue de ce dialogue, les résultats attendus sont à savoir : Le peuple Congolais est mieux informé sur les projets de PAI et s’implique d’une manière ou d’une autre à leur mise en œuvre ; Les leçons sont tirées du Parc de Bukanga-Lonzo pour aider la mise en œuvre des autres parcs prévus à travers le pays .

Il sera aussi question de définir ensemble des axes devant être pris en compte dans la stratégie de CACO de 2017 pour une meilleure prise en compte des droits des communautés locales, des peuples autochtones, et des femmes dans les grands projets d’investissements en RDC.

Enfin, des discussions vont porter sur un accord pour faciliter l’accès à la société dans cette zone pour travailler avec les communautés locales (sensibilisation, cartographie participative, etc.) et collaborer avec les investisseurs dans le cadre des études d’impacts et de la responsabilité sociétale des entreprises (RSE).

LVPC

Pour en savoir plus :

Terme de Référence du Dialogue sur la prise en compte des droits des communautés locales dans la mise en œuvre des parcs agro-industriels : Cas de Bukanga Lonzo.

Le programme des Parcs Agro-industriels, risques ou opportunités pour l’agriculture familiale ?

Publicités

A propos La voix du Paysan Congolais

Bimestriel d'informations du monde rural et de l'environnement en République Démocratique du Congo Visitez notre revue de presse agricole en RDC et notre page Facebook.
Cet article, publié dans 2016, Exemplaires journal, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour PAI de Bukanga-Lonzo : Quelles leçons pour la mise en œuvre des autres parcs ?

  1. Aasfongd Aasfongdrdc dit :

    bonjour chers partenaire merci pour le document

    Le 03/10/2016, La voix du paysan

  2. jean-bosco ascovi dit :

    Nous accusons bonne réception de votre information et vous remercions.Association des consommateurs des produits vivriers.Tél 243815023698

  3. PAI de Bukanga-Lonzo : Quelles leçons pour la mise en œuvre des autres parcs ?

    PAI de Bukanga-Lonzo est une escroquerie, une arnaque politique, dont les deux principales victimes sont le Président Kabila et le peuple congolais : les deux dindons de la farce. Les escrocs et les arnaqueurs sont : la primature et le Premier ministre, les ministères du Plan et suivi de la révolution de la modernité ; de l’Agriculture, Pêche et Elevage ; du Plan ; de l’environnement, conservation de la nature et développement rural ; les ministres correspondants et leurs cabinets respectifs.

    Le PAI de Bukanga-Lonzo (peu importe le nom) n’est pas une innovation, n’est ni plus ni moins qu’un combinat agro-industriel connues dans les anciens pays communistes et socialistes, où la propriété privée était abolie.
    Sous Mobutu, il y eu des expériences, qui avaient tourné au fiasco et pour exemple nous prenons le domaine présidentiel de la Nsele avec ses plantations d’ananas et de tomates. L’usine pour traiter les ananas ne vit pas le jour, bien que le matériel fut importé. La production des tomates étant insignifiantes, il fallait importer d’Israël de fus de concentrées de tomates, qui furent mises dans les petites boites sur lesquelles il était écrit « Made in Zaire. Fabriquée au zaïre). Le projet de plantations de maïs au Shaba par l’armée fut un fiasco.

    Il y a beaucoup de flous et une opacité absolue sur la faisabilité économique, l’impact sur l’environnement pour ne citer que ces deux. Aucune information, même vague sur ces deux points.

    A-t-on besoin de tels complexes agricoles dans un pays dont au moins de 80% de la population vivent dans les zones rurales, sont des agriculteurs, des chasseurs et des pêcheurs et où le taux de chômage est supérieur à 85% ? Qu’on ne nous fasse pas prendre de vessies pour de lanternes ! Qu’on ne nous fasse pas croire, il n’y a pas de différences entre les contraintes agricoles des plantations industrielles (café, palmiers élaeis, coton ( !), bananeraies, papayers pour ne citer que ces exemples.

    Le PAI de Bukanga-Lonzo est en contradiction avec plusieurs objectifs, que la Primature s’était fixée : une concurrence déloyale contre les paysans-producteurs de maïs des anciennes provinces du Bandundu et du Bas-Congo. La farine de maïs n’est pas un ingrédient essentiel dans le foufou, car en partant du Mayombe vers le Katanga, le foufou se prépare essentiellement avec la farine de manioc, la farine de maïs apparaît progressivement pour supplanter la farine de manioc, qui disparaît complètement au Zimbabwe. Donc c’est dans l’ancienne province du Katanga et dans les territoires des Kasaï, limitrophes des anciennes provinces du Katanga, que ces genres de complexes sont concevables.

    Un terrain de 80.000 ha, c’est rien par rapport aux surfaces agricoles en Argentine, Canada, USA, Russie ; c’est peu par rapport aux surfaces agricoles potentielles de la RDC ; mais c’est énorme dans un pays, qui a un droit coutumier restrictif malgré la loi Bakajika.

    L’agitation des paysans et des consommateurs ont augmenté d’un cran depuis l’annonce de l’achat de Monsanto/USA (leader mondial dans la production de semences génétiquement modifiées) par BAYER AG Leverkusen/Allemagne (leader mondial de la production des engrais chimiques), après le rachat du groupe agrochimique Syngenta (Suisse) par ChemChina (Chine), la fusion de Dow Chemical et Dupont (leader mondial de l’industrie chimique) ; cette concentration entre les mains de trois multinationales fera, que dans un proche avenir, elles détermineront ce qui sera dans nos assiettes [ à titre d’information, même si l’information n’est plus actuelle: Ces quelques multinationales qui contrôlent notre alimentation. ttps://www.publiceye.ch/fileadmin/files/documents/Lebensmittelindustrie/DB_Agropoly_5-11_F_def.pdf]

    Communicate or sink !
    Quelles semences sont utilisées par le PAI de Bukanga-Lonzo ? Sûrement pas de sortes locales. Qui est le fournisseur des semences de maïs du PAI de Bukanga-Lonzo ?

    Quelles sont les engrais chimiques et les pesticides utilisés par le PAI de Bukanga-Lonzo ? Qui en est/sont les fournisseurs ?

    Le PAI de Bukanga-Lonzo est situé sur la rive d’un cours d’eau. Le PAI de Bukanga-Lonzo peut-il publier les analyses des eaux de cette rivière en aval et en amont des deux rives, avant et (régulièrement) après la mise en exploitation ?

    La zone phréatique. Est-ce que le PAI de Bukanga-Lonzo avait les analyses de la zone phréatique avant et (régulièrement) après la mise en exploitation ?

    Qu’est-ce qui se passe avec les eaux usagées, les huiles lourdes, les pertes de mazout et d’essence (lorsque les réservoirs du charroi mécanique sont vidés ou remplis) ?

    Ces analyses et ces informations ne sont pas la préoccupation principale des responsables politiques et de l’équipe, qui dirige le PAI de Bukanga-Lonzo. Si elles ne sont pas disponibles sur son site, ce qu’elles n’existent pas.

    La voix du paysan congolais, que je salue, pour sa professionnalité et sa position de fer de lance pour faire entendre la voix de l’agriculture congolaise en vulgarisant les thèmes capitaux de maux, qui la frappe, avait publié, le 12 janvier 2012, L’industrialisation de l’agriculture en RDC est-elle possible en 2012 ? (https://lavoixdupaysancongolais.wordpress.com/), mes commentaires sont encore valables aujourd’hui. Est-ce que les décideurs politiques et leurs staffs techniques lisent La voix du paysan congolais ?

    Dr. Shungu M. Tundanonga-Dikunda – Cofondateur et membre d’Attac-Allemagne.

  4. INYANGA BAWELO dit :

    Au regard de ce qui a été relevé comme commentaire et suggestion,en ce qui me concerne aucun commentaire à ce niveau puisqu-il faut saluer ici les recommandations des uns et des autres lors de cet atelier de réflexion sur le Parc Agro-industriel de Bukanga -Lonzo qui ont abouti à la prise en compte d’une étude d’impact environnementale(EIES) et social assorti d’un plan de gestion environnementale et social (PGES) que nous venons de réaliser afin de permettre au PAI de se doter des outils de travail tenant compte des activités du parc ,des travailleurs et des communautés vivants autour et dans le parc.
    Ir. T.INYANGA BAWELO Expert environnementaliste et Directeur de programme de l’Ongd Centre d’Encadrement et de Promotion des Initiatives de Développement (CEPD)

Bonjour, vous êtes invité à poster un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s