La 1ère Foire agricole internationale de Kinshasa pour la promotion de l’agriculture durable

Le gouvernement provincial de la ville de Kinshasa a organisé du 16 au 25 septembre 2016 à l’Académie de Beaux-Arts, la première Foire internationale agricole de Kinshasa, placée sur le thème : «Ensemble pour une agriculture performante et durable». Cette foire qui est une première se voulait un rassemblement des acteurs-clés du secteur agricole pour une synergie d’actions en vue d’assurer l’indépendance alimentaire de la RDC.

Cette grande manifestation foraine a connu la participation non seulement des agriculteurs, des fermiers, des femmes maraîchères, des petites et moyennes entreprises agricoles, mais aussi des chercheurs des instituts de recherche agricole, des grandes sociétés agricoles et agro-industrielles et des partenaires techniques et financiers de la RDC venus de Kinshasa et des provinces.

Les objectifs visés par cette foire agricole de Kinshasa était de présenter des potentialités du pays dans le domaine agricole, afin d’attirer de nouveaux investisseurs, renforcer le partenariat public – privé et offrir des opportunités de tisser de relations d’affaires, de création d’emplois à travers des rencontres et des échanges d’expériences et d’informations.

Cette manifestation agricole visait aussi à dévoiler de nouveaux marchés, ainsi que les dernières innovations dans le domaine agricole, en mettant en valeur les produits agricoles des communautés et les techniques ancestrales qui ont fait leurs preuves.

En organisant cette 1ère foire internationale agricole à Kinshasa, le ministre provincial de l’Agriculture, Magloire KABEMBA OKANDJA a mis en exergue les activités de production de filières végétales, animales, aquacoles et halieutiques avec l’ambition affichée de booster l’agriculture, en redonnant à ce secteur, sa prospérité d’antan.

Quand on sait que la RDC a été une grande exportatrice des produits agricoles vers l’Union Européenne vers les années 1970. Mais aujourd’hui, elle est devenue importatrice des produits agricoles qui viennent même concurrencer la production locale.

 A travers cette foire, le gouvernement provincial de Kinshasa a balisé le terrain pour des futurs chantiers agricoles qui seront lancés dans le cadre du Plan national d’investissement agricole 2013-2020 dont l’objectif principal est de stimuler une croissance annuelle soutenue du secteur agricole et de générer durablement des emplois et des revenus.

Tout cela s’inscrit dans la suite des recommandations du Forum sur la sécurisation des sites agricoles de la ville de Kinshasa, tenu au mois de juillet 2016 à la Maison de France, à Gombe. Forum qui a souligné la nécessité d’assurer la sécurisation des sites agricoles qui à n’en point douter, constitue le principal préalable à la relance des activités agricoles, puisqu’il n’existe pas d’agriculture sans terre.

 Le ministère provincial entend faire de la modernisation de l’agriculture à Kinshasa, la pierre angulaire de son action, avec en toile de fond, l’amélioration de conditions d’existence de la population, la lutte contre l’insécurité alimentaire et nutritionnelle et le combat contre la pauvreté.

Il est prévu, avec le concours des partenaires techniques et financiers, un programme de crédit-bail destiné à livrer des machines et autres équipements agricoles aux producteurs à travers des mécanismes de location- vente et par l’implantation des plateformes multiservices appelées à abriter le parc de machines et engins lourds et légers, destinés aux travaux culturaux, ainsi que des unités de conservation, de traitement, de transformation et de conditionnement de produits agricoles. Ce qui pourrait garantir à notre pays, une agriculture performante, durable et respectueuse de l’environnement.

JBL/LVPC

A propos La voix du Paysan Congolais

Bimestriel d'informations du monde rural et de l'environnement en République Démocratique du Congo Visitez notre revue de presse agricole en RDC et notre page Facebook.
Cet article, publié dans 2016, Exemplaires journal, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour La 1ère Foire agricole internationale de Kinshasa pour la promotion de l’agriculture durable

  1. Félix Losembe dit :

    nous encourageons cette belle initiative. nous voulons que la RDC exporte comme dans le passé les produits agricoles à l’Union européenne. Ir Félix Losembe depuis Kisangani.

  2. Noël Kinda dit :

    Il est toujours important de réfléchir sur des questions aussi importantes que l’agriculture. Cependant, il est plus que temps de quitter la phase des discours pour une phase de concrétisation effective de la volonté affichée.
    C’est quasiment devenu courant dans notre pays d’entendre des initiatives ou des bonnes ambitions traduites sous forme des slogans mais malheureusement QUI demeurent tels quels c’est-à-dire qui demeurent slogans. Ce caractère creux ne nous permettra guère d’avancer et continuera à nourrir désespéramment la population de l’espoir de connaitre le changement.
    Une bonne politique ou stratégie, ou encore intervention doit toujours penser : objectifs, finalité, échéances, moyens (y compris les sources desdits moyens), le lieu, les acteurs, etc…
    A l’heure actuelle, les problèmes agricoles de notre pays, ayant engendré comme corollaire toutes ces situations que nous déplorons tous, sont presque connus de tous (problème de financement, problèmes institutionnels, réglementaires, etc.). Ainsi, les éradiquer ou au moins les assouplir pourraient réveiller de l’espoir dans le chef de notre population désespérée. Il est cependant vrai que cela requiert une conjugaison d’efforts afin d’une lutte commune et systématique. Mais néanmoins, les responsabilités doivent être rationnellement partagées. En effet, l’Etat devrait donc sans se contredire à lui même, faire appliquer des très bonnes mesures, des mesures ambitieuses, qu’il a toujours prônées, afin qu’une fois pour toute l’on décolle.
    Comment voulez-vous que les gens accèdent au crédit s’ils sont informels, ne détenant aucun document. Parce que si les paysans ne justifient d’aucune capacité à garantir leurs prêts, néanmoins s’ils disposaient des titres, les financiers leur auraient adapté tant soit peu le mécanisme d’octroi du crédit. Mais comment acquérir des titres officiels si jamais on vous exige de payer sommes colossales, des milliers de USD que vous ne pourriez même pas réunir à l’exercice de votre activité, par l’Etat qui se veut favorable à l’émergence agricole? Beaucoup d’autres paradoxes traduisent une contrevolonté de faire changer les choses. On continuera ainsi à tourner au rond aussi longtemps qu’on ne voudra pas réellement faire appliquer ce qu’on dit.
    En dépit de tout ça, je reste tout de même optimiste quand au développement agricole de notre pays. Ir Noël

Bonjour, vous êtes invité à poster un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s