FESTIVAL DE FILS ALIMENTERRE Rosalie Biuma : « Des jeunes doivent devenir des véritables entrepreneurs à partir des produits agricoles »

La première édition du festival des films « Alimenterre » qui s’est ouverte à Kinshasa le 03 novembre 2016, a permis aux différents acteurs du secteur agricole de suivre non seulement les différents films, mais aussi de débattre après chaque projection sur des thèmes touchant l’agriculture familiale. A cette occasion, Mme Rosalie Biuma, présidente de la Fédération des Paysans Producteurs de Kinshasa, FEPAKIN a invité les jeunes à créer leurs propres entreprises agricoles après avoir suivi des formations nécessaires.

Elle s’est exprimée ainsi le 4 novembre 2016 dans la grande salle de CIAJ Théâtre des Intrigants, dans la Commune de N’djili, à l’occasion de la première édition du Festival de films « Alimenterre », organisé par la Délégation de Wallonie-Bruxelles en partenariat avec le Centre National d’Appui au Développement et à la Participation Populaire (CENADEP) et SOS Faim/Belgique.

Ainsi, elle a invité les jeunes à se rendre aux différents centres de formation pour devenir des entrepreneurs et ils pourront travailler pour leurs propres entreprises avec leurs propres marques des produits agricoles.

Dans le débat qui a suivi la projection du film concernant la transformation de quelques produits agricoles au Kongo central et à Kinshasa, intitulé « 10 billion, what’s on your plate » de Valentin Thun, Mme Rosalie a appelé les jeunes à suivre ce modèle pour leur épanouissement.

Les jeunes, comme d’autres personnes, peuvent faire des confitures à base de papayes, des jus d’oranges, des jus d’ananas, de canne à sucre et consorts s’ils sont bien formés et dans le respect des normes.

Elle a souligné que pour la formation, il y a deux possibilités : soit les jeunes adhèrent aux structures qui existent pour bénéficier des connaissances, soit ils vont individuellement aux centres des formations et payent eux-mêmes les frais de la formation. C’est une question d’avoir d’abord la bonne volonté de devenir entrepreneur car on peut le devenir même avec de petits moyens.

Pour permettre aux jeunes de réussir dans leurs entreprises, Mme Rosalie a plaidé pour que le gouvernement soutienne des petits entrepreneurs ou des gagne petits pour obtenir des certificats dans de bonnes conditions.

Pour rappel, la République Démocratique du Congo offre plusieurs opportunités d’investissement dans le secteur agricole allant de la production à la commercialisation, afin de créer une chaîne de valeur compétitive au niveau de la sous-région. Avec son potentiel agronomique exceptionnel et une superficie de terres agricoles inégalée en Afrique, la RDC est à même de nourrir 2 milliards de personnes.

JBL/LVPC

Publicités

A propos La voix du Paysan Congolais

Bimestriel d'informations du monde rural et de l'environnement en République Démocratique du Congo Visitez notre revue de presse agricole en RDC et notre page Facebook.
Cet article, publié dans 2016, Exemplaires journal, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Bonjour, vous êtes invité à poster un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s