Le « crash alimentaire » fait des millions de victimes parmi lesquelles les producteurs agricoles eux-mêmes

Le monde entier est touché par une crise alimentaire et agricole qui affecte des millions de personnes parmi lesquelles des paysans producteurs agricoles. Aujourd’hui, 925 millions de personnes souffrent de la faim sur la planète et leur nombre ne fait qu’accroître. La situation est encore pire en Afrique. Les solutions préconisées lors de la crise alimentaire, qui a frappé l’humanité toute entière, ne sont plus efficaces au 21e siècle parce que chaque jour le nombre d’individus accroit. Vu l’ampleur de ce problème, les agriculteurs et autres acteurs du secteur agricole ont eu un débat houleux lors de la clôture de la troisième édition du Festival des films Alimenterres, FAT 2019, le 20 novembre 2019 à Kinshasa à la bibliothèque de Wallonie Bruxelles International, WBI.

A travers ce film projeté « vers un crash alimentaire », le public venu à cette cérémonie de clôture s’est rendu compte que le monde est confronté actuellement à un problème majeur de nourrir des millions d’hommes.

La course entre l’augmentation de la production agricole et l’augmentation de la population est loin d’être gagnée. L’une ne rattrapera jamais l’autre suite aux divers défis auxquels le monde est confronté.

Les pays exportateurs retiennent leurs stocks de production agricole et une bonne partie est orientée vers les agro-carburants, le réchauffement climatique affecte le sol et la production, l’exode rural prive les villages des énergies qui vont en ville à la recherche du bonheur. Il y a aussi les érosions des sols, les épuisements des surfaces de terres, la hausse des prix qui affectent les producteurs agricoles.

La faim, qui bat son plein dans le monde, touche plus les paysans eux-mêmes et l’objectif de ce film a été de susciter une mobilisation générale autour de cette question auprès de la population et des gouvernants, car le rôle d’un Etat est aussi sa capacité de nourrir son peuple.

Des réflexions ont été unanimes sur la promotion de l’agriculture familiale où chaque graine contribue à la vie des individus. Mr PALUKU Mivimba, Président de la CONAPAC a soutenu que la RDC devra faire de l’agriculture familiale un enjeu stratégique pour nourrir non seulement le pays, mais aussi contribuer à l’alimentation mondiale.

Il a noté que cette 3e édition du FAT 2019 a été bénéfique pour la CONAPAC avec la participation de ses fédérations membres qui vont prendre le relai de l’organisation du même festival au Kwilu avec la FOPAKKM, à la Tshopo avec la FOPAPO, au Kongo central avec la FOPAKO et à l’Equateur avec la COPADE dans la première quinzaine du mois de décembre 2019.

Pour SOS Faim Belgique, le grand partenaire du Festival des Films Alimenterres, sa représentante en RDC Mme Mireille BISHIKWABO, a remercié tous les partenaires qui ont rejoint la lutte et elle a invité chaque citoyen à jouer un rôle et à être porteur du message de sensibilisation et les gouvernants à prendre des décisions utiles de façon globale par rapport à tous les enjeux du secteur agricole qui se présentent.

Pour Mme Rosette Kabona de Wallonie Bruxelles Internationale, la 3e édition du Festival de films Alimenterres 2019 a été bouclée à Kinshasa. Elle a indiqué : « Nous avons sensibilisé les paysans et les acteurs qui travaillent pour la promotion de l’agriculture familiale, c’était donc un public important et nous en sommes fiers. Avec les terres arabes que nous possédons et 70% de la population agricole, il est inquiétant que la RDC soit un pays sous-développé et nous ne devons pas continuer à vivre dans la pauvreté. D’où l’importance de notre combat pour amener l’agriculture familiale à sa juste valeur et faire de la RDC un pays émergent ».

A lire aussi: Quelques Réactions

Pour rappel, du 16 au 20 Novembre 2019, il s’est tenu à Kinshasa, le Festival des films alimenterres, organisé par SOS Faim Belgique et ses partenaires qui ont projeté des films à travers Kinshasa. Ces films ont relevé les enjeux du secteur agricole dans le Monde en générale et en RDC en particulier. Trois sites à Kinshasa ont servi de cadre pour permettre au public de bien saisir le secteur agricole et ses défis à savoir : UCOOPMAKIN, Espace TEXAF BILLEMBO et le Centre Wallonie Bruxelles.

                                                                                          Myriam Bwiti

A lire également dans notre dossier Festival Alimenterre 2019:

 

A propos La voix du Paysan Congolais

Bimestriel d'informations du monde rural et de l'environnement en République Démocratique du Congo Visitez notre revue de presse agricole en RDC et notre page Facebook.
Cet article, publié dans 2019, Articles JLVPC, Exemplaires journal, Festival Alimenterre, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Bonjour, vous êtes invité à poster un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s