Charte

Charte du journal – La Voix du Paysan Congolais

De la Nature et de l’Identité

Le journal La Voix du Paysan Congolais existe depuis 2005, grâce à un partenariat stratégique entre les ONG belge SOS Faim et congolaise CENADEP. Sa mission principale est de contribuer à la promotion de l’agriculture familiale en mettant sur la place publique les informations agricoles, environnementales et du monde rural.

Le journal, tout en gardant la mission première pour lequel il a été créé, est en voie de devenir une véritable entreprise de presse  de plus en plus confronté à certaines sollicitations politiques, culturelles, financières.  Il arrive que ces  sollicitations ne cadrent pas avec les valeurs défendues par le journal et le CENADEP et même avec l’éthique et la déontologie des journalistes.

Dans un tel contexte et devant certains défis, nous sommes convaincus de la nécessité pour le journal « La Voix du paysan congolais » de cadrer  ces opportunités de partenariat avec les acteurs publics et privés.

Cette charte  constitue un référentiel commun à l’ensemble des acteurs du journal et précise les orientations de cette nouvelle démarche.

Des valeurs partagées et défendues

Le journal La voix du paysan congolais souhaite agir avec conscience et conviction.

Visions et mission du  journal

Nous privilégions la collaboration avec des partenaires financiers ou techniques attentifs à la promotion de l’agriculture familiale, du développement rural et du développement durable et. Ces partenariats seront tissés autour de missions et des valeurs portées et défendues par le CENADEP.

Ainsi notre Vision est :

« Bâtir au sein de la République Démocratique du Congo une conscience collective porteuse des défis et engagements pour une agriculture familiale soutenue, une souveraineté alimentaire pour tous et une participation sans faille des agriculteurs et agricultrices congolais à la définition et la mise en œuvre d’une politique agricole nationale profitable à toute la population »

Notre Mission :

« Promouvoir l’agriculture familiale congolaise et des politiques agricoles cohérente aussi bien au niveau national qu’international, par une information objective et non partisane et une communication qui valorise, forme et sensibilise les agriculteurs et les  agricultrices pour une meilleure prise en main de leur vocation afin de contribuer à la sécurité et à la souveraineté alimentaire en République Démocratique du Congo, en Afrique et dans le Monde »

Les valeurs portées et défendues:

  • Le professionnalisme
  • La créativité
  • L’humanisme
  • Le respect des droits de l’homme
  • La discipline
  • L’égalité de chance
  • La solidarité nationale
  • La participation
  • Le genre
  • L’impartialité
  • L’objectivité

Nous nous interdisons de collaborer et faire l’apologie des secteurs d’activités de :

  • L’armement
  • L’alcool
  • Du blanchissement de l’argent sale
  • Du tabac
  • De guerre des religions
  • L’incitation à la haine, à la xénophobie et à la division.

Le journal « La Voix du Paysan Congolais » envisagera avec discernement le partenariat avec le secteur de l’industrie agro-alimentaire et les institutions publiques et autres partenaires privés aux fins de privilégier l’intérêt des populations en général et des agriculteurs et agricultrices familiaux en particulier.

En cas de doute, un comité éditorial restreint, composé de membres du journal, sera constitué et se prononcera sur la décision finale de collaboration sur base de critères préalablement déterminés.

Lorsque l’initiative provient d’un mécène potentiel, l’évaluation de la conformité du mécène au présent document de positionnement sera également réalisée.

De l’approche des partenariats

Nous entendons par partenariat une relation spécifique entre deux entités, en l’occurrence le journal La Voix du paysan Congolais et un acteur privé ou publique, qui, tout en maintenant leur autonomie, acceptent de mettre en commun leurs efforts en vue de réaliser un objectif commun.

Quel que soit le mode de partenariat (financier ou technique)), il doit être caractérisé par :

  • Une volonté commune de ne pas compromettre l’essor de l’agriculture familiale
  • un engagement fort et sincère de la part des deux parties ;
  • une confiance et un respect mutuels ;
  • un espace de concertation équilibré et sain ;
  • un cadre contractuel précis et flexible fondé sur des intérêts identifiés et propres à chacun des partenaires et ;
  • une inscription de préférence dans la durée.

Ethique et déontologie des journalistes

Notre Charte éthique vient en complémentarités aux procédures du CENADEP et aux instruments nationaux de l’éthique et déontologie des journalistes.

A. Les devoirs des journalistes

Un bon journaliste doit:

Article 1

Œuvrer en tout temps en faveur de la liberté dans la collecte, le traitement et la diffusion des informations, opinions, commentaires et critiques; cette liberté étant indissociable du droit du public à être informé et émettre librement des opinions;

Article 2

Faire preuve, dans ses taches quotidiennes, d’équité, d’exactitude, d’honnêteté, du sens de responsabilité, d’indépendance et de décence dans la relation des faits liés aux individus et à la société;

Article 3

Traiter tous les problèmes sans parti-pris et présenter honnêtement les sujets soulevant controverse;

Article 4

Prendre l’entière responsabilité de tout texte (écrit ou parlé) publié sous sa signature (ou sa voix), ou avec son consentement, ou sous un pseudonyme personnel;

Article 5

Bannir l’injure, la diffamation, la médisance, la calomnie, les accusations sans preuves, l’altération des documents, la déformation des faits, le mensonge, l’incitation à la haine (religieuse, ethnique, tribale, régionale ou raciale) ainsi que l’apologie de toute valeur négative dans la pratique quotidienne de son métier;

Article 6

Rechercher  à tout instant le triomphe de la vérité, par une relation exacte, honnête, fidèle et loyale des faits dûment avérés et vérifiés et des informations obtenues sans chantage et sans surprendre la bonne foi de quiconque;

Article 7

Ne pas accepter un quelconque présent de la part des sources d’informations, aucun avantage ou cadeau pour diffuser ou étouffer des informations, ni aucune gratification en raison de la publication, de la distorsion ou de la suppression d’une information;

Article 8

Identifier toutes ses sources d’information, les traiter avec un sens critique, les citer et protéger celles qui requièrent expressément la confidentialité, ainsi que citer ses confrères lorsqu’ils constituent pour lui des sources d’information;

Article 9

Ne pas déformer, dénaturer ou fausser, par leur formulation, parinsistance,grossissement, omission ou manipulation, les opinions d’autrui, les titres ou les commentaires des articles qui doivent être traités avec impartialité et publiés de bonne foi;

Article 10

Rectifier spontanément toute information révélée, en tout ou en partie, erronée et faire publier, sans frais ni récrimination, les rectificatifs, précisions, réactions contradictoires et droits de réponse des personnes citées dans ses papiers;

Article 11

Respecter la dignité humaine, la vie privée et la sphère d’intimité des individus, ainsi que les institutions et autorités publiques, l’ordre public et les bonnes mœurs;

Article 12

Promouvoir la culture nationale, la citoyenneté responsable et les vertus républicaines de tolérance, de pluralisme des opinions et de démocratie, ainsi que les valeurs universelles d’humanisme: paix, égalité, droits de l’homme, progrès social;

Article 13

Faire preuve de retenue dans la présentation des faits de nature à  mettre en danger ou de nuire aux intérêts vitaux de l’Etat et de la société;

Article 14

Etre solidaire de ses confrères et se plier à toute décision ou directive prise par les instances de la corporation;

Article 15

S’interdire de publier des rectificatifs pour des articles qu’il n’a jamais publié;

B. Les droits des journalistes

Tout journaliste doit revendiquer les droits suivants;

Article 16

La protection de ses sources d’information.

Article 17

Le libre accès à toutes les sources d’information et le droit d’enquêter librement sur tous les faits qui conditionnent la vie publique;

Le secret des affaires publiques ou privées ne peut, en ce cas, être exigé du journaliste que par exception et en vertu des motifs clairement exprimés.

Article 18

Le refus de toute subordination qui serait contraire à la ligne générale de l’organe d’information auquel il collabore, de même que toute subordination qui ne serait pas clairement impliquée par cette ligne générale;

Alinéa 1

: En vertu de la clause de conscience, le journaliste ne peut été contraint d’accomplir un acte professionnel ou d’exprimer une opinion qui serait contraire à sa conviction, à son honneur, à sa réputation ou à ses intérêts moraux.

Alinéa 2

En cas de conflit lié à la clause de conscience, le journaliste peut se délier de ses engagements contractuels à l’égard de son entreprise, dans les mêmes conditions et avec les mêmes effets qu’un congédiement normal.

Article 19

L’équipe rédactionnelle doit être obligatoirement informée de toute décision importante de nature à affecter la vie de l’entreprise. Elle doit être au moins consultée  avant toute décision définitive sur toute mesure intéressant la composition de la rédaction: embauche, licenciement, mutation et promotion des journalistes.

Article 20

En considération de sa fonction et de ses responsabilités, le journaliste a droit non seulement au bénéfice des conventions collectives, mais aussi à un contrat personnel assurant la sécurité matérielle et morale de son travail ainsi qu’à une rémunération correspondant au rôle social qui est le sien et suffisante pour garantir son indépendance économiques.

Article 21

Tout journaliste s’engage, dans l’exercice de sa profession, à se conformer aux règles ci-dessus édictées.

Du Respect des principes de la Communication et de la discrétion

Ni le nom du journal « La Voix du paysan congolais », ni son image ou ceux du partenaire ne peut être utilisé sans son accord préalable. En cas de communication, elle sera limitée à la nature du partenariat , à ses objectifs et à ses résultats.

En cas de sponsoring, toute communication, tant interne qu’externe ou orale qu’écrite, relative aux relations de partenariat entre le journal La Voix du paysan Congolais et les entreprises devra recevoir l’approbation de l’une et/ou l’autre partie.

Le Journal la Voix du Paysan s’engage à protéger ses sources d’information et à ne les divulguer que selon les principes du code et de l’éthique journalistiques.

De l’Indépendance et de la notoriété du Journal 

En tant qu’instrument dotée d’une crédibilité auprès du public et d’une neutralité vis-à-vis de du Pouvoir et des partis politiques, groupe de lobbying ou religieux, il nous est indispensable de maintenir une indépendance totale dans nos actions et une liberté d’expression.

Dès lors, les partenaires respectent l’autonomie du journal La Voix du Paysan Congolais dans sa méthode de travail et renoncent à toute prise d’influence sur la politique du journal.

Le Journal ne peut s’engager dans toute forme de campagne ou d’action militante que si cela rencontre clairement les objectifs du CENADEP et les missions pour lesquelles il a été créé.

Fait à Kinshasa, le 24 Octobre  2017

Journal La Voix du Paysan Congolais