Observatoires des marchés

Les Systèmes d’information sur les marchés (SIM) ou les observatoires des marchés ont été largement mis en avant dans les années 80 notamment pour appuyer les politiques de libéralisation sous l’ajustement structurel en Afrique de l’Ouest.

Présentés comme un puissant outil des politiques de libéralisation, ils visaient à résoudre les défaillances du marché liées aux problèmes de l’information caractérisée comme incomplète et asymétrique entre les différents agents (producteurs et commerçants en particulier) : en diminuant les asymétries d’information et en rendant l’information transparente, ces dispositifs devaient entraîner une amélioration des décisions individuelles, un rééquilibrage des rapports entre les acteurs, avec in fine une baisse des coûts de transaction.

En Afrique, ces dernières années, les SIM et observatoires se sont multipliés sous l’initiative de bailleurs et/ou d’OP et avec une durée de vie plus ou moins longue… et un impact variable.

En RDC, le marché alimentaire de gros est quasi inexistant. Par conséquent, le système d’approvisionnement est décentralisé et son suivi est difficile. De même, le mécanisme de fixation des prix est perturbé par le manque d’information en termes de stock, de la qualité des produits, et de la variation des taux de change. La fixation des prix dans ce contexte est chaotique : les prix sont ponctuels, basés sur une portion limitée des échanges et la spéculation de certains fournisseurs. Les coûts de transaction influencent aussi largement les prix : taxations illégales des organismes étatiques ou paraétatiques, congestion du marché du transport, variation du coût du carburant etc. Les prix restent cependant l’un des meilleurs indicateurs de l’état du marché alimentaire en RDC et donnent une information sur l’évolution de la disponibilité des denrées et le comportement de la consommation.

Vous trouverez via ce lien les numéros du bulletin d’information de Luozi,  les prix ont été collectés sur 11 marchés (marchés ruraux de territoire de Luozi) et marchés de gros urbains (Kimpese, Kinshasa, Matadi et Brazzaville) y compris les coûts de transport des produits et des passagers

Site du Minagri : Produits Marché National

Documentations:

Face à l’augmentation progressive des prix des vivres dans le monde, IRIN présente une liste de sites web qui proposent des informations utiles sur le comment et le pourquoi de cette hausse des prix, et un aperçu des régions où les produits alimentaires deviennent plus chers. http://www.irinnews.org/fr/ReportFrench.aspx?ReportID=92595

Publicités

Bonjour, vous êtes invité à poster un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s